Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Mailing List, soyez informés !

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 


8 décembre 2010 -30 janvier 2011

14 janvier - 30 mars 2010

 

HOMMAGES
à Colleen Madamombe

Colleen MADAMOMBE

Nous avons appris avec une immense tristesse la mort de Colleen MADAMOMBE, décédée à Harare le 3 juin 2009 à l'âge de 45 ans.
Née en 1964, elle luttait depuis trois ans contre le Sida. Entrée à la BAT, workshop School dirigée par la National Gallery de Harare, elle la quittait un an plus tard pour fonder une famille. En 1991, elle se lançait activement dans sa carrière d’artiste, qui prendra rapidement une tournure internationale. Colleen incarnait l’engagement de la femme artiste dans une société traditionnelle où la formation et le statut d’artiste sont généralement réservés à l’homme. Dans un corps à corps avec la serpentine la plus dure elle faisait surgir de la masse imposante des blocs de pierre serpentine ses personnages féminins aux formes rondes et à l’aspect brut, autoportraits rieurs et dansants. Dans un mouvement qu’elle avouait conquérir sur la pierre, elle saluait avec fierté et ostentation les valeurs de la femme africaine contemporaine, à la fois émancipée et pilier de sa communauté. La pierre porte encore délibérément les traces de cette lutte, de cette émancipation, à l’image de cette artiste femme aux prises avec une société machiste. Colleen était reconnue comme la plus célèbre femme sculpteur du Zimbabwe.

Olivier Sultan et le Musée des Arts Derniers, avaient participé à sa première exposition à Harare en 1989