Mailing List, soyez informés !

 

 

 

 

9 FEVRIER- 9 MARS 2006


Sharlene KHAN
Fiona Jane POLE
Mashile COLBERT
Zama DUNYWA
Charles CLIFFORD
Bruce CLARKE

 

LES ARTS DE LA CO-EXISTENCE
La jeune création sud-africaine :

Le MUSÉE DES ARTS DERNIERS présente du 9 février au 9 mars 2006 Les Arts de la coexistence? coup de projecteur sur la jeune création sud-africaine.
L’exposition Les arts de la coexistence? est le reflet de la diversité des productions artistiques en Afrique du Sud.
Entre refoulement identitaire, ou appartenance à la nation arc-en-ciel ; entre « artiste contemporain africain » ou tout simplement « artiste contemporain » quelles sont les représentations dominantes ou les images contradictoires que la jeune génération nous envoie d’elle-même et de son pays ?
Les années d’apartheid ont laissé une empreinte distincte sur la production culturelle sud-africaine, lui donnant une vitalité en prise directe avec le monde réel et la projetant dans un mode d’expression contemporaine loin de toute anecdote folklorique. Le cadre politique et social sud-africain a toujours imprégné l’inspiration et les sujets abordés par les artistes. D’autres facteurs, tels qu’un accès à l’enseignement artistique réservé aux seuls blancs et des conditions sociales et économiques précaires pouvaient parfois limiter de manière drastique les choix plastiques et le type de création des artistes.
Dix ans après la fin de l’apartheid, nous proposons une exposition collective autour de six jeunes artistes représentatifs des nouvelles tendances en Afrique du Sud. Le travail des artistes reflète de plus en plus souvent la recherche d’une identité post-apartheid au sein de la société. Sous l’apartheid, l’identité se définissait clairement comme une opposition noir/blanc.
Cette exposition entend faire le point sur la situation actuelle des artistes et sur leurs évolutions esthétiques. Les artistes que nous présentons dans cette exposition sont des artistes dits « émergents » dont le travail arrive aujourd’hui à maturité.
Sous l’apartheid, les tenants ce qu’on appelait « les Arts de la résistance » étaient des artistes majoritairement blancs. Le travail très « contemporain » de ces artistes, conforme aux critères occidentaux a facilité leur accès au marché de l’art contemporain. Ces artistes sont aujourd’hui très renommés au niveau international et il est difficile pour de nouveaux artistes d’être reconnus à leur tour.
Cette exposition est l’occasion de montrer le travail de jeunes plasticiens émergents, mais dont l’originalité et les qualités esthétiques sont incontestables.