2021-07-22 21:18:27 [info] Elementor data updater process has been queued. [array ( 'plugin' => 'Elementor', 'from' => '3.2.3', 'to' => '3.3.1', )] Success: The cache was flushed. Upcycling, L'Objet Retrouvé - Mounou Désiré Koffi, Sahab Koanda, Abou Sidibé - Galerie Art-z

INFOS PRATIQUES 

CONTACT
Olivier Sultan
oliviersultan75@gmail.com
06 63 24 42 22

GALERIE ART-Z
27 rue Keller, Paris 11eme
Métro : Bastille, Ledru Rollin, Voltaire, Bréguet Sabin

Artistes exposés:

Upcycling, L’Objet Retrouvé – Mounou Désiré Koffi, Sahab Koanda, Abou Sidibé

9 juin au
  30 juillet 2022

INSTALLATION IN SITU – Mounou Désiré Koffi du 1er au 9 Juin

Après une résidence dans le cadre du Off de la Biennale de Dakar 2022, l’artiste Mounou Désiré Koffi présente ses oeuvres, réalisées à Dakar, aux côtés des artistes Sahab Koanda et Abou Sidibé. Il produira également une oeuvre sur le site de la Galerie, au 27 rue Keller, Paris 11e du 1er au 9 juin. 

Ces trois artistes s’approprient des objets ou débris voués à l’abandon qu’ils subliment et façonnent en œuvres singulières. Sahab Koanda transforme de vieux pneus et carrosseries de voiture en sculptures aux formes épurées. Abou Sidibé enroule divers objets trouvés – tissus, perles, bouteilles de whisky, ceintures – en statuettes anthropomorphes, leur octroyant un caractère sacré. Enfin, Mounou Désiré Koffi tente de sensibiliser le public aux problématiques écologiques engendrées par la nouvelle technologie et à notre dépendance à celle-ci en représentant, à l’aide de claviers de téléphone abandonnés, des scènes quotidiennes où les protagonistes ne semblent pas réussir à communiquer.

Il est parfois tentant, face au travail d’artistes contemporains qui utilisent des objets « modestes », de parler de recyclage, de récupération, d’objets trouvés. Cependant, il serait plus juste ici de parler d’ »upcycling », d’objets re-trouvés. Le poids de l’histoire vécue par chaque objet récupéré, dégradé, aussi humble soit-il révèle un sens nouveau et une énergie et une beauté particulières et irremplaçables. 

Loin de l’habileté des artisans, on ne peut parler du travail de ces artistes en évoquant simplement une « synthèse » entre l’art africain ancien et l’art contemporain. Force est de constater que Mounou Désiré Koffi, Abou Sidibé et Sahab Koanda ne se plient à aucune norme, et créent leur propre spiritualité, un univers singulier, une pensée qui leur est propre. C’est ce qui peut expliquer un nouveau sentiment de sacré, qui peut parfois rejoindre la force de l’art africain ancien, que les pâles copies échouent à restituer.

Olivier Sultan

 

FR »

INSCRIPTION NEWSLETTER
Recevoir des invitations aux vernissages