AWA

VERNISSAGE
JEUDI 23 JANVIER

A PARTIR DE 18H30

infos pratiques

CONTACT
Olivier Sultan
oliviersultan75@gmail.com
06 63 24 42 22

GALERIE ART-Z
27 rue Keller, Paris 11eme
Metro : Bastille, Ledru Rollin, Voltaire, Bréguet Sabin

ŒUVRES DE

lucy broderick
alice eyidi

angela jimi
davina jogi
annie mpalume 
kresiah mukwazhi
catherine olivier
yveline tropéa 
olga yaméogo
portia zvavahera 

African Woman Artists
Du 23 janvier au 29 Février 2020
Vernissage le jeudi 23 janvier à partir de 18 h 30

Oeuvres d’Olga Yaméogo, Alice Eyidi, Portia Zvavahera, Catherine Olivier, Yveline Tropéa et l’Association des femmes photographes du Zimbabwe Angela Jimu, Annie Mpalume, Davina Jogi, Kresiah Mukwazhi, Lucy Broderick.

 

L’Afrique est un continent riche d’une grande diversité de populations, de langues et de cultures artistiques qui exclut toute généralisation.

Parler de femme artiste est-il réducteur ?  La diversité des oeuvres exposées tend à montrer que l’étiquette d’ « artiste femme africaine » ne veut rien dire. Elle est néanmoins nécessaire encore de nos jours pour mettre en avant des artistes trop peu représentées dans les institutions. « Il est naturel que les deux phénomènes de redécouverte de l’Afrique et de l’apport des femmes à l’histoire de l’art se rejoignent* », après que les artistes soient restées à l’ombre du discours officiel patriarcal et occidental en inventant leurs propres narrations.

Equivalent d’Ève en Afrique, le prénom “Awa” se traduit par “source de vie ».

Les artistes présentées lors de l’exposition n’évoquent pas de questions ou revendications féministes à travers leur art mais toutes désirent donner une voix aux femmes et mettre en avant l’histoire et la place des femmes dans leur pays et dans le monde. Devenir artiste est un choix encore peu accepté dans les familles africaines, ce n’est pas considéré comme un métier rentable ou honorable. Néanmoins, ces artistes gardent espoir, à la lumière des nouvelles structures qui poussent l’art africain sur le devant de la scène.

Fidèles à notre vocation de Galerie universaliste et ouverte aux influences réciproques, nous présentons également les oeuvres d’artistes françaises vivant en Afrique ou qui y ont séjourné. Des identités hybrides donc, d’ici, de là bas mais dont l’imaginaire reste en Afrique.


* discours de Camille Morineau lors de l’exposition « L’autre Continent»

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *