INFOS PRATIQUES 

CONTACT
Olivier Sultan
oliviersultan75@gmail.com
06 63 24 42 22

27 rue Keller. 75011 Paris Metro: Bastille

Artistes exposés:

Ah Suh it Guh … And so it goes in Jamaica

4 avril au
  27 avril 2024

L’oeil photographique de Marina Burnel s’est ouvert en Jamaïque. Non pas pourreproduire des cartes postales éclaboussées de l’émeraude des forêts tropicales et du bleude ces ciels immenses où se prélasse l’éternelle chaleur, mais pour se confronter au réel.C’est la pâte humaine que l’oeil-objectif de Marina Burnel va chercher, au creux d’uneJamaïque inconnue des touristes et des pages des magazines. OEil-pellicule qui fouille lesregards de ces vieilles femmes qui en ont trop vu, de ces rastas émaciés enivrés de ganja,un oeil-pinceau qui dessine dans nos mémoires les contours d’une humanité oubliée.

Marina Burnel n’est jamais complaisante. Photographe de rue – et la rue en Jamaïque c’estsouvent le ghetto – elle ne fait pas de la pauvreté un spectacle. Elle laisse émerger à traversl’image le réel derrière l’ordinaire. Parfois elle s’aventure aux frontières de l’abstrait, avec cesvisages brouillés et extatiques nimbés d’ombres. Cette exposition est importante : c’est lapremière de Marina Burnel en France, et elle représente un tournant dans son évolutionesthétique, avec des photos davantage retravaillées, raturées, où le trait d’encre dialogue etcompose avec la lumière.

Et la Jamaïque est là, omniprésente. La Jamaïque, c’est la peau de l’image, ce sont cespièces de zinc torturées de soleil, maculées de rouille, griffées de poussière que MarinaBurnel glane au cours de ses déambulations, et sur lesquelles elle imprime les imagesattrapées aux doigts du vent. Sur ce zinc froid et dur, sur ces plaques qui constituent lespalissades entre les maisons, sur ces griffes coupantes et hérissées qui séparent lesHommes, Marina imprime ses photos comme sur les ailes de papillons. Le zinc est ce miroiropaque qui nous livre l’âme complexe de la Jamaïque, la clôture grande ouverte sur unmonde complexe souvent dur, parfois tragique, mais qui toujours vous prend au coeur etne vous lâche plus. C’est ainsi que Marina Burnel fût happée par la Jamaïque, c’est ainsiqu’elle attrape notre regard et nous guide en son univers.

L ’ambassade de France en Jamaïque soutient le travail de Marina Burnel. Elle y a exposéune première fois ses oeuvres en 2017. En 2022, Marina Burnel a conduit bénévolementdes master class de photographie avec les enfants de la communauté pauvre deTrenchtown, et leurs oeuvres ont été exposées et vendues à l’ambassade, à leur profit.

Olivier Guyonvarch
L’Ambassadeur de France en Jamaïque

FR »

INSCRIPTION NEWSLETTER
Recevoir des invitations aux vernissages