Yves Apollinaire Pedè

Né en 1959 à Abomey. Mort en 2019 à Ouidah (Bénin).

L’œuvre d’Yves Apollinaire Pédé reprend l’héritage de l’art de cour de l’ancien royaume du Danxomè et des éléments symboliques de la culture Vodou. En évoquant des symboles fon, qui ont permis pendant des années, de rassembler les peuples, l’artiste souhaitait renouer le dialogue dans un climat de conflits politiques. Plusieurs figures reviennent souvent dans son travail comme Kulito, « celui qui est sur les pas de la mort » en Fon.

Léonce Agbojelou

Né en 1965 à Porto Novo. Vit et travaille à Porto Novo (Bénin). 

Léonce Agbojelou fut initié à la photographie par son père qui, après avoir combattu pour la France, monta un studio photo à Porto-Novo. Léonce perpétue dans son travail la tradition de la photographie de studio posée avec des pagnes en toile de fond. Il détourne les codes du portrait pour aboutir à des compositions contemporaines en couleur, non dénuées d’humour.

Henry Munyradzi

Né en 1931, Henry Munyaradzi a été successivement gardien de troupeau, aide-menuisier et ouvrier agricole dans une grande plantation de tabac dans la région de Guruve au nord du Zimbabwe.

En 1967, il découvre la communauté de Tengenenge, un an après que Tom Blomefield l’ait créée. Fasciné par la sculpture de la serpentine, il y restera jusqu’en 1975, l’universalité de son style faisant rapidement de lui l’un des artistes « shona » les plus importants du mouvement. Dès les années 70, son travail est exposé à Paris au musée d’art moderne et au musée Rodin ainsi qu’à Londres, New York par d’autres galeries à travers le monde.

Marina Burnel

Capturer la beauté de la Jamaïque avec la photographie de rue

« Mon amour pour la compréhension et le partage des expériences des gens et du monde qui les entoure m’a amené à la photographie de rue. »

Renaud Barret

Renaud Barret est un réalisateur et photographe français né en 1970 à Neuilly-sur-Seine.

Renaud Barret a travaillé comme graphiste avant de réaliser plusieurs documentaires, ayant Kinshasa pour cadre, en collaboration avec Florent de La Tullaye, grand reporter photo.

Le site du festival Étonnants Voyageurs souligne que Renaud Barret « s’intéresse aux cultures urbaines des capitales africaines avec son partenaire et ami, Florent de La Tullaye ».

José Nicolas

José est né au Maroc. Pendant toute son enfance et sa prime jeunesse, il a visité l’Afrique dans tous les sens au gré des affectations de son père. C’est tout naturellement que de retour en France à l’adolescence, il intègre le lycée militaire de La Flèche et qu’à la sortie, il embrasse la carrière.

Son premier contact avec la photographie se fait sur le terrain, au contact des photographes qui viennent couvrir les opérations où il est engagé. Parmi eux, Jacques Pavlosky de l’agence Sygma qui le prend en amitié, mais aussi et surtout Patrice Coteaux, qui lui apprendra beaucoup. Ils partagent et lui transmettent des choses. Jacques Pavlovsky lui offre même un livre du célèbre photojournaliste Gilles Caron et cela provoquera un déclic, la naissance d’une passion et d’une vocation. En 1977, il achète son premier boitier et fais des photos quand ses activités lui en laissent la possibilité. Son premier vrai reportage sera la chute de Bokassa en Centrafrique, en 1979.

Sa carrière militaire prend fin brutalement , en 1983, au Liban, après que la balle d’un sniper perché sur un toit d’immeuble l’ait traversé de l’épaule au bassin.

Une fois sur pied, libéré par l’institution, il rebondit dans sa nouvelle spécialité dans le secteur humanitaire. Il part avec Bernard Kouchner, le french doctor, au Kurdistan et enchaine les missions et les aventures avec lui en tant que photographe. Il est intelligent a su écouter les conseils des maitres et surtout il connait le terrain.

Il apprend vite et affine sa technique et son oeil. Il est engagé peu après par Gotskin Sipahioglu dans sa célèbre agence (Sipa). Il a le sens des choses et connait la guerre, c’est une recrue de choix. Il y restera jusqu’en 1995.

Abou Sidibé

Né en 1977 à Abidjan. Vit et travaille à Ouagadougou.

Après des études aux Beaux Arts de Bingerville, Abou Sidibé commence à sculpter avec toutes sortes de matériaux hétéroclites (clous, bijoux, fil, tissus, coquillages,…)

Sahab Koanda

Né en 1971 à Ouagadougou. Vit et travaille à Ouagadougou.

Sahab Koanda a commencé à travailler très tôt, d’abord comme main d’œuvre dans des chantiers de construction, puis comme apprenti chauffeur. Il se tourne ensuite vers le milieu artistique en commençant par le théâtre et s’initie à la danse traditionnelle et contemporaine ainsi qu’à la musique.

Charles Clifford

Clifford Charles a exposé en Afrique du Sud et à l’international. Il a été invité à prendre part à la 50eme édition de la Biennale de Venise et a réalisé sa première exposition en solo show à Londres. Cette exposition explorait les problématiques sociales qui se posaient au Rwanda, en Afrique du Sud et en […]

Camara Gueye

Né en 1968 au Sénégal Figure majeure de la scène artistique sénégalaise, il est collectionné par des Européens et Américains, institutions & fondations (Dapper, Tilder, Banque Mondiale Washington). En 2006 une de ses œuvres est acquise par l’Etat français et en juin 2009, une autre de ces créations est acquise par l’Etat chinois, à Shenzhen. Camara Gueye travaille sur de […]